La naissance du plus irlandais des groupes anglais

1977 : Dans les toilettes de la Roundhouse de Londres, pendant un concert des Ramones, Shane MacGowan rencontre Peter « Spider » Stacy.

Chanteurs punks confirmés dans diverses formations mineures (The Nips, The Millwall Chainsaws), les deux lascars anglais décident de faire de la musique ensemble. Très vite, il s’avère que Shane surpasse nettement Peter au chant. Plus tard Peter dira que ses aboiements se prêtaient mal à ce qu’ils voulaient faire musicalement. (Lien vers l’interview)

1982 : Piochant dans leurs groupes respectifs, ils s’adjoignent l’accordéon de James Fearnley et le banjo de Jem Finer pour former les Pogues Mahone (« Embrasse mon c** » en argot gaëlique). C’est parti pour la tournée des grands ducs ! Ils seront vite rejoints sur scène par Cait O’Riordan à la basse et Andrew Ranker à la batterie.

1984 : Après s’être fait la main dans le circuit des pubs londoniens, Pogues Mahone décide de s’autoproduire et d’enregistrer un premier single : « Dark Streets of London », une ode éthylique aux bas-fonds londoniens.

D’emblée les ingrédients de la cuisine des Pogues sont en place :

- Les instruments et le répertoire traditionnel anglo-irlandais

- L’énergie live et brute du punk-rock

- Le chant de Shane qui s’affranchit des carcans de la musique traditionnelle

- Les textes noirs, romantiques, poétiques voire parfois politiques de Shane

“Darkstreets of London” par The Pogues :