Le début de la fin ?

Hélas, dès le départ pour les Pogues, le ver était dans le fruit.

L’alcool a fait son travail de sape pendant plus de dix ans. Shane est détruit.

Édenté, titubant, d’overdoses en délirium tremens il est ingérable et ne parvient plus à assurer promotions et concerts. Sans son leader égaré, le groupe reste soudé et va tenter de colmater les brèches du navire.

1989 : Le quatrième album du groupe « Peace and Love » est une œuvre de composition collective.

Palliant les absences éthyliques de Shane tout le monde est sur le pont. Les compositions sont variées.

Terry Woods livre deux magnifiques titres folk aux allures de traditionnels typiques ("Young Ned of the Hill" and "Gartloney Rats").

Shane tire tout de même deux belles cartouches avec « White City » et « Misty Morning, Albert Bridge » dans son style caractéristique.

Maladroitement le groupe tente d’ouvrir son répertoire à des influences plus variées, tantôt ska avec « Gridlock », pop avec « Lorelei » ou rockabilly (« Cotton Fields »). Le résultat trop décousu n’arrive pas forcément aux hauteurs attendues par les fans, l’album manque de densité même si l’ensemble reste correct.

« Misty Morning, Albert Bridge » par The Pogues :

L'album "Peace and love" est à retrouver dans nos bacs !

OPAC Détail de notice