La route est sombre, la route est noire,
Ténébreuse est la nuit.
Immense, infinie,
Et nous grimpons vers les sommets
Dans les rudes montagnes,
Montagnes d’Arménie [...]
Et nos regards cherchent en vain
Dans les ténèbres,
Une lumière,
Une aube qui doit surgir
Dans les vertes montagnes,
Montagnes d’Arménie.

Hovhannès Toumanian (traduction : P. Gamarra)